Langue vivante 2 - régionale

  • Basque

    Le Basque est parlé dans deux pays européens, la France et l'Espagne où elle a un statut de co-officialité dans la Communauté Autonome d'Euskadi ainsi que dans une partie de la Communauté Forale de Navarre. Le basque a été répandu par le diaspora vers d'autres continents, notamment l'Amérique du nord comme du sud.

    Avec ses origines pré indo-européennes, la langue basque est l'une des plus anciennes de notre continent et constitue par là même une grande richesse pour le patrimoine de l'humanité. Sa situation géographique la place au centre d'une communauté multiculturelle (français, espagnol, basque) ce qui contribue à la formation et à l'ouverture de l'individu et du citoyen européen de demain.


  • Breton

    Le Breton, seule langue celtique du continent européen, s'il n'a pas un caractère transfrontalier comme d'autres langues de France, entretien avec la langue nationale des rapports sociolinguistiques anciens, riche et complexes : langue écrite, à côté du latin depuis le Moyen Âge, le breton a pourtant été longtemps perçu comme une langue populaire, voire rural, essentiellement orale, notamment du temps où le nombre de locuteurs atteignait son maximum, avant de réinvestir la sphère publique assez lentement au cours du XXe siècle, tout en conservant une variation certaine de ses parler dans l'oralité, notamment en pays vannetais.

    L'enseignement du breton au collège vise à faire écouter, parler, lire et écrire ce Breton authentique et actuel. Il tient compte de la maturité des élèves afin de les amener progressivement à prendre conscience du fonctionnement de la langue aux fins de sa maîtrise opératoire dans la communication. Cet enseignement permet aux élèves de découvrir la culture de la Bretagne et des différentes régions de Bretagne.


  • Catalan

    En France, dans le département des Pyrénées-Orientales, le catalan qui est enseigné de la maternelle à l'université est aussi une langue d'enseignement.

    De plus, le catalan à la langue officielle de l'Andorre ; en Espagne et la langue court difficile ; en Italie, langue protégée (ville d'Alghero). Le catalan est une langue unitaire avec de faibles variations dialectales vivantes.

    Le catalan est un cas unique parmi les langues minoritaires de par son statut, sa démographie, sa situation sociolinguistique, son bagage linguistique et sa tradition culturelle et littéraire (plus de 1200 auteurs vivants).


  • Corse

    L'enseignement du Corse au collège vise à faire comprendre, parler, lire et écrire une langue usuelle et contemporaine. Il participe, aux côtés de celui du français, à la consolidation d'une compétence langagière globale. Il permet une meilleure approche des réalités corses, et ouvre à une dimension romane et méditerranéenne. Il contribue, par ses contenus et les moyens qu'il met en œuvre à la formation de l'individu et du citoyen.

    Les compétences culturelle, lexicale et grammaticale sont pratiquées de façon correcte et active, en fonction des besoins liés à la communication et induit par les tâches de compréhension et d'expression. Il s'agit d'impliquer les élèves dans des situations qui les incitent à communiquer en leur proposant des supports de qualité adaptés à leur maturité.


  • Langues régionales des pays mosellans, Langues régionales d'Alsace

    Le préambule commun des programmes de langues régionales pour le palier 1 du collège définit les objectifs fixés pour l’enseignement de l’ensemble des langues régionales au collège.

    Ainsi, l’enseignement de la langue régionale d’Alsace et des pays mosellans développe des compétences dans les activités de communication langagière définies par le Cadre européen commun de référence pour les langues (Conseil de l’Europe) : réagir et dialoguer, écouter et comprendre, parler en continu, lire, écrire.

    Cet enseignement accorde la primauté aux compétences orales.
    L’enseignement de la langue régionale d’Alsace et des pays mosellans est déterminé par  quelques caractéristiques fortes :

    • l’enseignement de la langue régionale contribue à la transmission du patrimoine linguistique et culturel de l’Alsace et des pays mosellans ainsi que de la zone transfrontalière où est parlée la langue régionale ; il vise également à en faire comprendre la valeur, la richesse et les traits les plus marquants de l’identité régionale ;
    • cet enseignement prend en compte la diversité des registres linguistiques : les dialectes alémaniques et franciques constituent la langue véhiculaire de certains usages personnels, sociaux et de pratiques culturelles ; l’allemand standard est la langue de référence de tous les dialectes de l’espace considéré (à l’exception du luxembourgeois) ;
    • l’histoire des territoires concernés, leur proximité géographique et linguistique avec des pays germanophones, l’importance des dialectes alémaniques et franciques et de l’allemand standard dans la communication transfrontalière donnent à l’enseignement de la langue régionale toute son importance. C’est en particulier un atout supplémentaire pour une mobilité future des élèves.

    L’acquisition progressive de compétences de communication en allemand standard constitue le fil conducteur de l’enseignement de la langue régionale d’Alsace et des pays mosellans.


  • Occitan langue d'Oc (2)

    Langue romane, la langue d’oc à une histoire millénaire. Elle occupe six régions françaises (Auvergne, Aquitaine, Languedoc-Roussillon, Limousin, Midi-Pyrénées, PACA), et déborde dans trois autres régions (Centre, Poitou-Charentes, Rhône-Alpes).

    L'espace linguistique dépasse les frontières de l'État français. En Espagne, en val d’Aran et dans quelques vallées du Piémont italien, l'occitan a un statut de langue co-officielle.

    L'occitan- langue d’oc est enseigné en France de la maternelle à l'université. Il est aussi une langue d'enseignement dans les écoles bilingues, selon le principe de la parité hebdomadaire entre le français est la langue régionale.

    Au collège, l'objectif de l'enseignement de l'occitan-langue d’oc est de continuer - à la suite du primaire - ou de commencer à former des locuteurs. L'efficacité pédagogique, s'agissant d'une langue non étrangère, conduit à fonder l'apprentissage de la manière la plus juste sur les pratiques linguistiques et culturelles du lieu, sur la connaissance que les élèves peuvent en avoir, sur les motivations qui les poussent à mieux les connaître. On élargira les perspectives tout l'espace de la langue, en ayant pour but la reconquête d'usages linguistiques, le renouvellement des représentations et des références.


Dernières contributions

Publicité