2nde

En seconde, aider les élèves à se déterminer La nouvelle organisation de la seconde facilite le choix d'une série de première pour les élèves...

  • Chimie, Physique (276)

    La culture scientifique et technique acquise au collège doit permettre à l’élève d’avoir une première représentation globale et cohérente du monde dans lequel il vit, dans son unité et sa diversité, qu’il s’agisse de la nature ou du monde construit par l’Homme. L’enseignement des sciences physiques et chimiques en seconde prolonge cette ambition en donnant à l’élève cette culture scientifique et citoyenne indispensable à une époque où l’activité scientifique et le développement technologique imprègnent notre vie quotidienne et les choix de société. Le citoyen doit pouvoir se forger son opinion sur des questions essentielles, comme celles touchant à l’humanité et au devenir de la planète. Cela n’est possible que s’il a pu bénéficier d’une formation de base suffisante pour avoir une analyse critique des problèmes posés et des solutions proposées. La science s’avère un instrument privilégié de cette formation parce qu’elle est école de structuration de l’esprit, susceptible d’aider durablement les élèves à observer, réfléchir, raisonner.
    Par ailleurs, il importe de considérer la diversité des formes d’intelligence et de sensibilité comme voies d’accès à la réussite de tous les élèves. Plutôt que de privilégier une réussite fondée sur des considérations virtuelles et formelles, dans le seul domaine de la pensée, l’atout des sciences expérimentales comme la physique et la chimie est de s’appuyer sur l’observation, le concret et le « faire ensemble ». La réussite par le travail en équipe doit pouvoir faire pièce à l’échec individuel. Les sciences sont aussi, aux côtés des humanités et des arts, un lieu de rencontre avec les constructions les plus élevées de l’esprit humain, qui donnent accès à la beauté des lois de la nature en mobilisant les multiples ressources de l’imagination. Elles doivent donc trouver naturellement leur place dans la mise en valeur des qualités individuelles propres de chaque élève, afin de l’aider à découvrir ses talents et à s’accomplir.
    Enfin, sans préjuger des choix finals des élèves en matière d’orientation, il s’agit de les aider dans la construction de leur parcours personnel. Il n’est pas indifférent à cet égard de rappeler le déficit de notre pays en vocations scientifiques. Donner aux jeunes le goût des sciences, en particulier aux filles, et faire découvrir les formations et les métiers liés aux sciences pour les éclairer dans leur démarche d’orientation, s’avèrent être ainsi des priorités de l’enseignement de la physique et de la chimie en classe de seconde.
    Modalités
    Tout en s’inscrivant dans la continuité des acquis du collège et du socle commun de connaissances et de compétences, l’enseignement de la physique et de la chimie donne une place plus importante aux lois et aux modèles qui permettent de décrire et de prévoir le comportement de la nature. Pour cela, il permet la construction progressive et la mobilisation du corpus de connaissances scientifiques de base, en développant des compétences apportées par une initiation aux pratiques et méthodes des sciences expérimentales et à leur genèse : la démarche scientifique, l’approche expérimentale, la mise en perspective historique, pour lesquelles sont convoquées la coopération interdisciplinaire, l’usage des TIC et l’entrée thématique.


  • Education Civique Juridique et Sociale (ECJS)

    Que signifie "éduquer à la citoyenneté" dans un système scolaire ? Deux réponses sont possibles.
    - L'une consiste à faire de la citoyenneté un objet d'étude disciplinaire, au même titre que les mathématiques, la physique, la littérature etc. ; la citoyenneté s'apprendrait à l'école avant de s'exercer dans la vie du citoyen. Ce choix correspond pour l'essentiel à la conception traditionnelle d'une instruction civique, en tant qu'inculcation de principes à mettre en actes dans un temps différé plus ou moins lointain. Elle a eu sa place dans le système éducatif : les missions du lycée, fréquenté par une petite minorité, n'étaient pas celles qui lui sont assignées aujourd'hui.
    - L'autre réponse part de l'idée que l'on ne naît pas citoyen mais qu'on le devient, qu'il ne s'agit pas d'un état, mais d'une conquête permanente ; le citoyen est celui qui est capable d'intervenir dans la cité : cela suppose formation d'une opinion raisonnée, aptitude à l'exprimer, acceptation du débat public. La citoyenneté est alors la capacité construite à intervenir, ou même simplement à oser intervenir dans la cité.
    Cette dernière réponse peut être mise en œuvre au lycée aujourd'hui. Deux conditions essentielles sont réunies : l'une correspond aux attentes des élèves telles qu'elles se sont exprimées au travers des consultations sur les savoirs ; l'autre s'inscrit dans la continuité de ce qui a été enseigné en éducation civique au collège, et permet de montrer les dimensions sociale, éthique et politique de certains savoirs enseignés au lycée. De nombreux professeurs ont exprimé leur intérêt pour cette démarche et leur désir d'y contribuer.

  • Education physique et sportive (EPS) (50)

    Le programme d’enseignement de l’Education Physique et Sportive (EPS) pour le lycée général et technologique intègre les éléments relatifs à la loi n° 2005-380 du 23 avril 2005, loi d’orientation e t de programme pour l’avenir de l’Ecole. Il se situe dans la continuité de celui du collège et en cohérence avec celui de la voie professionnelle.
    Par la pratique scolaire, réfléchie, adaptée et diversifiée d’activités physiques, sportives et artistiques, objets du patrimoine et d’une culture contemporaine, l’EPS concourt à l’épanouissement de chaque élève. Elle le confronte aux règles, us, coutumes nécessaires à l’acquisition d’un indispensable savoir « vivre ensemble » respectueux des valeurs de la République, déclinées selon deux dimensions. La première, sociale, comprend le respect d’autrui, de la règle, des valeurs de loyauté, d’effort collectivement partagé. La seconde, individuelle, vise le goût de l’effort, la persévérance, le dépassement de soi, dans le respect des différences de culture, de genre, de potentialités. A sa mesure, l’EPS constitue un espace privilégié d’éducation aux rapports humains dans lequel l’élève construit une trajectoire et un engagement personnels.
    A partir des compétences acquises au collège, le cursus du lycéen guide la construction du parcours de formation de ce futur adulte. Par l’accès à une culture élargie et l’initiation aux responsabilités, l’ambition du lycée est d’assurer la réussite de chaque lycéenne et lycéen. L’ouverture culturelle qu’il préconise, permet aux élèves de découvrir et d’explorer des enseignements puis de concevoir des projets personnels à partir de choix éclairés. La classe de seconde constitue une étape préalable au cycle terminal, lui-même propédeutique à des études post baccalauréat.
    Parmi les disciplines scolaires, l’EPS est l’unique garante pour les élèves d’un engagement corporel. Pour nombre d’entre eux, elle représente le seul moment d’activité physique et pour tous, elle doit apporter des connaissances, des capacités et des attitudes leur permettant de construire, puis d’entretenir, tout au long de la vie, leur habitus santé. L’EPS doit développer et consolider le goût et le plaisir de pratiquer de façon régulière et autonome. Tout en gérant l’hétérogénéité et la variété des parcours antérieurs, elle stabilise et renforce les acquisitions. Elle favorise les choix, les projets d’action et la réalisation de soi. Elle contribue ainsi, à la réussite des adolescentes et des adolescents, qui, en quête de sens et d’affirmation de soi, traversent une période clé de leur développement et de leur construction identitaire. Au lycée, l’EPS permet à l’élève d’exercer et d’étayer son autonomie, en lui offrant les conditions indispensables au réinvestissement des effets de la formation en dehors de l’école, tant dans le cadre de l’activité corporelle quotidienne et professionnelle, que dans celui de la pratique des activités physiques sportives et artistiques.


  • Enseignement d'exploration (11)

    La réforme du lycée a pour ambition de mieux répondre aux besoins des élèves en accompagnant chacun d'eux et en les aidant à construire leur projet personnel d'orientation. Les nouveaux « enseignements d'exploration » de la classe de seconde contribuent à cette évolution en s'articulant à des dispositifs tels que l'accompagnement personnalisé, le tutorat, les stages passerelles et les stages de remise à niveau.
    Les enseignements d'exploration proposent aux élèves de découvrir des champs disciplinaires ou des domaines intellectuels nouveaux, choisis par goût ou intérêt. Ces enseignements permettent de développer la curiosité des élèves et d'éclairer leur choix d'orientation. Pour cela, les élèves explorent les démarches, les méthodes, les exigences des domaines concernés, à travers des activités, des thématiques ou des questionnements concrets.
    Dans le cadre de leur projet d'orientation, les élèves s'informent sur les cursus possibles dans les domaines explorés, au lycée et au-delà dans l'enseignement supérieur, ainsi que sur les activités professionnelles auxquelles ces parcours sont susceptibles de conduire. Ils peuvent ainsi faire des choix, non par défaut ou par méconnaissance, mais libres, avisés, en pleine connaissance de cause.
    Les enseignements d'exploration suivis en seconde ne prédéterminent en rien la poursuite d'étude au cycle terminal : ils ne constituent pas des pré-requis pour s'engager dans telle ou telle série ou pour choisir tel enseignement spécifique en première. Un élève peut se tromper, s'apercevoir qu'il a fait un mauvais choix ou un choix qui ne répond pas à ses attentes, et bifurquer à temps, au lieu de s'orienter vers une filière qui ne lui correspondrait pas ; la classe de seconde est ainsi véritablement une classe de détermination.
    Les enseignements d'exploration impliquent des organisations et des modalités d'enseignement renouvelées, telles que le partenariat et la démarche de projet ; ils font appel à l'initiative et à l'inventivité des équipes enseignantes pour introduire au lycée des innovations pédagogiques fécondes et bénéfiques aux élèves.
    Une évaluation est nécessaire pour permettre aux élèves de prendre conscience des compétences acquises et des progrès accomplis dans les domaines explorés. Spécifique à chaque enseignement d'exploration, l'évaluation aide les élèves à affiner leur projet d'orientation de façon éclairée mais ne constitue en aucun cas un critère ou un pré-requis pour accéder à telle ou telle série. L'évaluation des enseignements d'exploration permettra aussi de mettre en valeur l'engagement, l'autonomie et les initiatives des élèves. Le conseil pédagogique favorisera la coordination des enseignements d'exploration, notamment en ce qui concerne l'évaluation et la notation des activités des élèves.


  • Enseignement facultatif


  • Histoire-Géographie

    La classe de seconde est à la charnière du collège et du lycée : il s'agit tout autant d'y prolonger les acquis du collège que d'initier les démarches propres au lycée. Les finalités culturelles, civiques et intellectuelles de l'enseignement sont communes à l'histoire et à la géographie.
    Au collège, les élèves ont acquis des connaissances, des notions, des méthodes, des repères chronologiques et spatiaux. Ils ont pris l'habitude d'utiliser des démarches intellectuelles. Il ne s'agit pas au lycée de reprendre à l'identique le parcours chronologique et spatial du collège en l'étoffant, mais de mettre en oeuvre une approche synthétique, conceptuelle et problématisée. Les programmes d'histoire et de géographie permettent la compréhension du monde contemporain par l'étude des sociétés du passé qui ont participé à sa construction et par celle de l'action des sociétés actuelles sur leurs territoires.
    La démarche par laquelle les connaissances sont acquises, la recherche permanente du sens, l'exercice du raisonnement et de l'esprit critique contribuent à la formation des élèves ; ces opérations leur donnent une vision dynamique et distanciée du monde, fondement nécessaire d'une citoyenneté qui devient au lycée une réalité effective.
    Dans la panoplie des supports et méthodes que peut mobiliser le professeur d’histoire et de géographie pour construire sa démarche pédagogique, les technologies de l’information et de la communication doivent occuper une place croissante, tant comme supports documentaires qu’outils de production des élèves, en assurant l’implication de ses élèves, l’actualisation des informations et l’efficacité de leur transmission.
    Afin de rendre accessibles ces objectifs, les contenus des programmes sont nettement délimités tout en préservant la liberté et la responsabilité pédagogiques du professeur. Dans ce cadre, le professeur choisit les modalités de ses enseignements, en respectant la parité horaire entre la géographie et l’histoire.


  • Langue vivante 1 (35)

    Au lycée, comme précédemment au collège, les situations de communication proposées aux élèves combinent plusieurs des cinq activités langagières décrites dans le Cadre européen commun de référence. La priorité est donnée aux activités de production, notamment à l’oral.
    L’élève est de ce fait amené à mobiliser ses connaissances linguistiques et culturelles pour mettre en oeuvre ses compétences de communication dans une perspective actionnelle.
    Contextualiser ainsi par le biais de tâches les situations de communication d’un point de vue culturel et fonctionnel doit permettre à l’élève de mieux percevoir la finalité de l’apprentissage des langues.


  • Langue vivante 2 (1)

    Au lycée, comme précédemment au collège, les situations de communication proposées aux élèves combinent plusieurs des cinq activités langagières décrites dans le Cadre européen commun de référence. La priorité est donnée aux activités de production, notamment à l’oral.
    L’élève est de ce fait amené à mobiliser ses connaissances linguistiques et culturelles pour mettre en oeuvre ses compétences de communication dans une perspective actionnelle.
    Contextualiser ainsi par le biais de tâches les situations de communication d’un point de vue culturel et fonctionnel doit permettre à l’élève de mieux percevoir la finalité de l’apprentissage des langues.


  • Mathématiques (309)

     La seconde est une classe de détermination. Le programme de mathématiques y a pour fonction :

    • de conforter l’acquisition par chaque élève de la culture mathématique nécessaire à la vie en société et à la compréhension du monde ;
    • d’assurer et de consolider les bases de mathématiques nécessaires aux poursuites d’étude du lycée ;
    • d’aider l’élève à construire son parcours de formation.

    Pour chaque partie du programme, les capacités attendues sont clairement identifiées et l’accent est mis systématiquement sur les types de problèmes que les élèves doivent savoir résoudre. L’acquisition de techniques est indispensable, mais doit être au service de la pratique du raisonnement qui est la base de l’activité mathématique des élèves. Il faut, en effet, que chaque élève, quels que soient ses projets, puisse faire l’expérience personnelle de l’efficacité des concepts mathématiques et de la simplification que permet la maîtrise de l’abstraction.


  • Sciences de la vie et de la Terre (SVT)

    Au lycée, les sciences de la vie et de la Terre sont une voie de motivation et de réussite pour la poursuite de la formation scientifique après le collège et la préparation à l’enseignement supérieur ; elles participent également à l’éducation en matière de santé, sécurité, environnement, de tout élève qui choisira une orientation vers des filières non scientifiques. La discipline vise trois objectifs essentiels :

    • aider à la construction d’une culture scientifique commune fondée sur des connaissances considérées comme valides tant qu'elles résistent à l'épreuve des faits (naturels ou expérimentaux) et des modes de raisonnement propres aux sciences ;
    • participer à la formation de l’esprit critique et à l'éducation citoyenne par la prise de conscience du rôle des sciences dans la compréhension du monde et le développement de qualités intellectuelles générales par la pratique de raisonnements scientifiques ;
    • préparer les futures études supérieures de ceux qui poursuivront sur le chemin des sciences et, au-delà, les métiers auxquels il conduit ; aider par les acquis méthodologiques et techniques ceux qui s’orienteront vers d’autres voies.

Dernières contributions

Publicité